Une femme sur deux est un homme

Le centième anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir, que nous venons de fêter, nous donne l’occasion de réfléchir, à l’occasion de la journée internationale des femmes, sur la construction sociale des genres.
Plus d’un demi siècle après qu’elle ait affirmé : « on ne naît pas femme on le devient », il nous a paru important d’analyser et de mettre en perspective, cette approche qui a modifié notre regard sur les relations sociales.
La différence entre sexe et genre est une histoire entre biologie et culture. Le sexe social se construit sur un monde binaire : masculin et féminin, auxquels on attribue un certain nombre d’injonctions. Les sociétés existantes sont fondées sur la domination du masculin sur le féminin, c’est ce que nous appelons les violences de genre. Ces injonctions sont souvent naturalisées, ce qui empêche de penser les possibilités de changement et de transformation sociale.
Le genre masculin recouvre principalement les individus de sexe masculin, mais pas uniquement ; de même pour le genre féminin qui concerne plus le sexe féminin mais pas uniquement. Les frontières sont fluctuantes et mouvantes aussi dans la vie des individuEs et dans leur relation à l’autre et à la société.
Le sexe biologique présente, aux deux extrêmes, les sexes clairement définis. Pourtant, au milieu, s’épanouit une large gamme de situations intermédiaires qui remet en cause nos certitudes sur la stabilité des catégories homme et femme. Le modèle proposé efface nos potentialités sexuelles et il contraint parfois à renoncer à tout un pan des désirs de l’enfance. N’est-ce pas alors un obstacle à l’épanouissement des êtres humains ?
La société toute entière est construite sur ce jeu de rôle. ChacunE interprète le rôle de son genre. Les genres masculin et féminin seraient-ils de pures fictions obligeant la plupart des êtres à se conformer à une norme sociale très coercitive ? Comment la prise de conscience de ce jeu de rôle peut-il nous
permettre d’envisager un autre futur, dégagé des espaces du possible ?
Nombre de questions auxquelles nous devons réfléchir pour essayer d’ apporter des réponses collectives à nos aspirations d’une société plurielle et plus égalitaire.

PROGRAMME

♀ 15heures : Rassemblement suivi d’une manifestation, Place d’Armes, Poitiers .

A la MCL- le Local, 16 rue saint Pierre le Puellier, Poitiers :
♀ 16h30 à 19h : « Le genre en question », Animation du MFPF-ad86, suivie d’une conférence -débat avec Charlotte Nordmann, philosophe,

♀ 19h à 20h30 : Apéro et temps convivial, vente sur place pour grignoter,

♀ 20h30 : spectacle « La Gender Conférence ». La Compagnie Sans Titre et le Festival Hip Hop and Co
2008 s'associent à la journée internationale des femmes. La forme définitive du spectacle sera présentée le 4 avril prochain, dans le cadre du festival Hip Hop de la Maison des Trois Quartiers. "Gender Conférence » est une vraie fausse conférence tenue par 4 personnages qui racontent, slament, rappent et jouent les étapes de vie d'un humain dans la construction de son identité sexuelle. Vidéo, théâtre, rap, danse Hip Hop et textes scientifiques se bousculent, s'entremêlent , se répondent.