ont exprimé « leur solidarité avec le jeune Henri, 15 ans », accusé avec 58 autres personnes d’avoir participer au fauchage d’une parcelle de maïs OGM de la société Mansanto le 18 août 2007 et affirmé « leur soutien à l’action de désobéissance civile et non-violente des faucheurs volontaires d’OGM en plein champ ».

En effet, suite à la décision du représentant du Ministère public de faire appel de la décision de relaxe prise par le Tribunal de Nantes le 15 janvier dernier, le jeune homme est à nouveau convoqué jeudi prochain 27 mars devant le Tribunal de Nantes.

Alors que le Conseil d’Etat vient, dans son arrêté du 8 février dernier, de confirmer la décision française de suspendre la culture commerciale du maïs génétiquement modifié MON810 confirmant ainsi la légitimité scientifique et juridique de cette mesure de suspension, les élu-e-s alternatifs s’étonnent de la décision du représentant du Ministère public.

Les Alternatifs 44 appellent à soutenir Henri et les faucheurs volontaires inculpés en se rassemblant jeudi matin à 11 heures devant le Tribunal de Nantes.

Lettre à la Présidente :

Madame  la Présidente,

Jeudi prochain 27 Mars, vous allez devoir juger un jeune faucheur d’OGM âgé de 15 ans, Henri, accusé d'avoir volontairement neutralisé, le 18 Août 2007 à Poinville (28),une parcelle d'essai de maïs génétiquement modifié de la société Monsanto . Les 58 autres personnes ayant participé à cette action seront jugées les 8 et 9 Avril  2008  par le Tribunal correctionnel de Chartres.

Elu-e-s municipaux et militant-e-s des Alternatifs, nous venons, par ce courrier, exprimer notre solidarité avec le jeune Henri  et affirmer notre soutien à l'action de désobéissance civile et non-violente  des Faucheurs Volontaires d'OGM en plein champ.

Les questions de fond posées par la culture des Organismes Génétiquement Modifiés en plein champ sont multiples :

-    la non maîtrise des risques de dissémination des OGM dans le milieu naturel : des exemples de contamination l’ont déjà prouvée.

-     la question éthique de la brevetabilité du vivant,

-     l'appropriation de ce vivant par quelques multinationales,

-     la compétition effrénée que ces entreprises se livrent à  cette fin, au mépris d'une agriculture de qualité et de ceux qui, au quotidien, dans des exploitations agricoles à  taille humaine, se battent pour défendre une nourriture de qualité.

   

Henri et les autres participant-e-s réclamaient un débat démocratique et entendaient par leur action de désobéissance civique, contribuer à l’émergence de cette question sociétale et urgente sur la place publique.

Lors du Grenelle de l’Environnement, le gouvernement a reconnu l’existence de doutes sérieux sur les OGM pesticides et s’est prononcé, le 11 Janvier dernier, pour l’activation d’un moratoire sur les cultures du maïs Monsanto 810, seule variété autorisée jusqu’alors  dans notre pays.

Comment ne pas s’interroger sur la cohérence de ces décisions avec la décision du représentant du Ministère Public, le Procureur du tribunal de Nantes, de convoquer à nouveau ce jeune ?  

Nous soutenons Henri avec d’autant plus d’énergie que son jeune âge nous rappelle qu’il existe des désobéissances salutaires et responsables quant à l’avenir des générations futures.

Nous vous demandons, Madame la Présidente, de prendre  les décisions qui permettront, à terme, la relaxe de ce jeune.

Dans cette attente et avec cet espoir, nous vous assurons, Madame la Présidente, de nos salutations respectueuses.

Louisette GUIBERT

Laurent DAVID

Lionel ORCIL

Bertrand VRAIN

Conseillers municipaux et militant-e-s des Alternatifs