Puisque le peuple ne veut pas d'un tel traité, ne lui demandons pas son avis ! Délesté du mot constitution, affublé d'un « simplifié » que les médias reprenaient en boucle, mais toujours aussi libéral et anti-démocratique, le traité refusé par les électeurs revenait par la voie parlementaire. Lourde a, décidément, été la responsabilité de Sarkozy et de la Droite, avec la complicité d’un grand nombre de députés PS et Verts, qui ont privé au début de cette année, le peuple français du droit de se prononcer par référendum sur le traité de Lisbonne.

 

Les Alternatifs de la Vienne se réjouissent du résultat irlandais. Il doit être l’occasion d’un grand débat public sur la construction européenne.

S'il n'y a pas de plan B, il y a un plan C : l'élection d'une assemblée constituante européenne.

C'est ce que les Alternatifs ont déjà proposé à la suite du « non » des Français et des Néerlandais lors du PTCE. C'est ce qu'ils proposent à nouveau aujourd'hui.

Une telle élection permettrait de lancer dans l'espace public européen un véritable débat, le premier, sur l'Europe que nous voulons. Des institutions démocratiques pour que les peuples puissent ensuite choisir

leur avenir.

Nous voulons une Europe démocratique, répondant aux exigences sociales, écologiques et de solidarité avec les pays du Sud. L’avenir de l’Europe ne peut pas se construire dans le dos des peuples mais dans le respect de leurs aspirations et de leur volonté.